Vivre avec des enfants d’ailleurs

A la retraite depuis un an après une carrière dans l’éducation nationale, Élisabeth a souhaité partir en septembre 2022 en mission de volontariat pour un an. La DCC l’a envoyée en mission à Antananarivo, la capitale de Madagascar, auprès de l’orphelinat Aïna, pour y être coordinatrice pédagogique et responsable de l’équipe d’éducateurs.  

Si vous passez le grand portail de l’orphelinat Aïna orné de fleurs flamboyantes, vous entrez dans un espace apaisé, fait de rires et de sécurité. Vous entendez les cris de jeux des enfants. Les voilà qui viennent vous accueillir « manaona » avec des sourires, et vous prennent par la main pour vous guider dans « leur maison ».

Depuis six mois je partage la vie d’une cinquantaine d’enfants et de leurs éducateurs dans un village au milieu des rizières en périphérie de Antananarivo. Une expérience dense en relations humaines et en rencontres, avec des enfants maltraités par la vie, des personnels du centre et des jeunes bénévoles qui rejoignent le projet Aïna pour quelques jours.

Ma mission de volontariat

« Madame Élisabeth », comme on m’appelle ici, j’assure la mission de volontariat comme coordinatrice pédagogique de cet orphelinat qui accueille 42 enfants âgés de 2 à 16 ans. Ma journée se décline en une multitude de tâches qui ont pour objectif d’organiser avec les éducateurs et les personnels le quotidien des enfants, le suivi scolaire à l’école du village et l’aide aux devoirs, les activités récréatives, et le suivi individuel de chacun. De plus au regard des besoins des enfants, je propose la mise en place de cours de conversation française, d’un cours de français pour les adultes et compte-tenu de mes compétences : une chorale, des ateliers d’écriture ou de philo et des activités préscolaires pour les tout-petits.

L’association Aïna m’a également suggéré d’accompagner sur le plan pédagogique une école maternelle qu’elle gère dans un quartier pauvre de Tana.  Outre l’accompagnement d’enfants en difficultés dans les apprentissages et une chorale de comptines, je me suis particulièrement interrogée sur la présence d’enfants non scolarisés déambulant dans la cour du centre d’hébergement pour sans-abris. Aucune structure, aucune activité organisée ne semble les rejoindre dans leur singularité d’enfants. Dès lors la mise en place de l’action « tapis de cour » engage toute mon énergie et avec l’aide de bénévoles de passage, tous les lundis nous déroulons de grandes nattes de plastique pour accueillir ces plus petits de chez les plus pauvres, comme des enfants. Quelques chansons, quelques jeux de motricité, des livres et de la lecture, une attention particulière et durant 1H et demi, les enfants jouent…

Accompagner les jeunes en voyage humanitaire

Un engagement que je n’avais pas mesuré en arrivant sur place est l’accueil de nombreux jeunes bénévoles et stagiaires qui viennent découvrir le pays et se mettre au service d’un projet pour une courte durée.  Ils arrivent avec leur enthousiasme et leur envie de faire mais la réalité souvent les rattrape, et les bouscule brutalement dans leurs relations à la culture de ce pays et aux malentendus qui peuvent émerger !

Accueillir, écouter, expliquer, décoder et relire, discuter et parfois reprendre certains comportements déplacés, autant de postures d’accompagnement importantes dans cette mission de mise en lien avec les personnels du centre et le monde Malagasy.

Comme volontaire, j’ai toujours eu en tête, dès mon départ que je ne resterai pas plus d’une année à Madagascar, que je suis seulement « présence éphémère » et que je dois travailler avec une équipe à ce que des actions s’installent dans la durée mais sans moi…

Ici les malgaches ne nous attendent pas et heureusement !!!  Bénévoles, stagiaires, VSI, nous ne sommes que de passage.

Alors découvrir la patience et la confiance, c’est vivre chaque jour pas à pas, pour apprendre à observer, à nous adapter, à comprendre, à nous infiltrer dans ce qui existe, à apporter si besoin de la compétence afin de, et avant tout, mieux partager le quotidien avec ce pays.

A LIRE AUSSI – Le témoignage d’Élisabeth à partir de proverbes malgaches