la rencontre avec l’autre est aussi une rencontre avec soi-même

Chloé

Enseignante à Madagascar

Partir un an en tant que conseillère pédagogique et professeur de français a été pour moi une aventure enrichissante rythmée par des imprévus et par des découvertes multiples. Quand je repense à tout ce que j’ai vécu durant cette année, je donne sens à ces verbes : se détacher, rencontrer, servir, porter du fruit.

Se détacher

Accepter de quitter ses proches, faire une pause, prendre du recul sur la vie française, … Le volontariat est un détachement progressif de tout ce qu’on a l’habitude de faire, de penser, de vivre. Ce cheminement a été pour moi un vrai travail psychologique. Vivre avec les imprévus, les petites joies et les petits malheurs ont transformé mon quotidien. Cela a véritablement donné sens à mon volontariat.

Rencontrer

La rencontre est aussi quelque chose que je recherchais en mission mais cela n’est pas toujours évident. Ne parlant pas la langue locale et baignée dans une autre vie, j’ai croisé le chemin de dizaines de personnes avec des relations plus ou moins développées. Mais ce qui reste, ce sont les sourires, l’accueil de ces personnes croisées dans la rue, à la messe, à l’école, dans les communautés. J’ai appris que la rencontre avec l’autre est aussi une rencontre avec soi-même.

Servir et porter du fruit 

Pour moi la mission, c’était avant tout servir. J’ai pu transmettre des connaissances et utiliser mes compétences dans la vie quotidienne de la mission mais ce que je retiens surtout c’est tout ce que j’ai appris sur moi, sur les autres et grâce aux autres. Il a fallu également accepter de servir avec les moyens possibles et les limites. Porter du fruit, c’est possible mais en respectant le rythme du pays et sa culture. Rester humble et accueillir la nouvelle journée comme un cadeau de la vie.