je me forme au métier de menuisier charpentier

Guilhem

volontaire au Honduras

Parti avec la casquette de kinésithérapeute pour venir en aide aux enfants d’un centre d’accueil du Honduras, c’est finalement l’équipe de foot du village que j’accompagnerai. Mon volontariat fut pétri d’imprévus et de rebondissements. Le mot d’ordre : ne s’attendre à rien et s’émerveiller de tout puis se laisser guider par les rencontres. Cette expérience en Amérique centrale fut pour moi une révélation sur le sens et la manière de pratiquer mon métier. Depuis mon retour en France, je ne travaille plus que deux jours par semaine en tant que kiné. Le reste du temps, je me forme au métier de menuisier charpentier. J’ai trouvé un nouvel équilibre. Le volontariat m’a fait grandir vers un nouveau chemin de vie.