Archives par mot-clé : Pour un Sourire d’Enfant

Renaud, ingénieur de formation, a été envoyé en mission de volontariat (VSI) au Cambodge. Depuis octobre 2022, il est chef de projets en informatique au sein de l’ONG Pour un Sourire d’Enfant (PSE). Il nous partage son expérience dans ce témoignage.

Le Cambodge est un pays en développement avec une croissance rapide. L’année écoulée, toute personne vivant sur place a pu prendre conscience de certaines évolutions dans la ville ou dans le niveau en langues étrangères des jeunes. Actuellement, 97% des enfants ont accès à l’éducation et l’ensemble de l’enseignement s’améliore au fil des générations. Malheureusement, l’écart entre les classes sociales suit la même formule que dans beaucoup d’autres pays. Ce dernier augmente tandis que les populations les plus pauvres ont de plus en plus de mal à faire face à l’inflation constante.

Pour un Sourire d’Enfant : nourrir et éduquer

Lorsqu’en 1995, Christian et Marie-France des Paillères, se rendent au Cambodge, le pays a traversé des heures extrêmement sombres depuis le milieu des années 70 et n’émerge réellement que depuis les accords de Paris en 1991. Christian et Marie-France observent des enfants travaillant sur une décharge en plein Phnom Penh. Souhaitant les aider et après quelques discussions, ils identifièrent deux attentes de la part de ces enfants : un repas par jour et un accès à l’éducation. C‘est ainsi que Pour un Sourire d’Enfant est créée en 1997.

Aujourd’hui, PSE soutient plus de 6 700 enfants khmers ainsi que leurs familles, en proposant un l’enseignement adapté à tout âge et à tout niveau, des formations professionnalisantes, un accès à la santé, de la distribution de riz aux familles ainsi que plus de 6 000 repas par jour. On peut considérer que les souhaits initiaux des premiers bénéficiaires font toujours partie du cœur de l’organisation.

Renaud en tenue traditionnelle
Renaud devant le bâtiment du gouvernement cambodgien

Un besoin en informatique

Je suis actuellement chef de projet en informatique au sein de l’ONG, cela consiste à gérer les projets d’installation et/ou d’amélioration des logiciels utilisés par le personnel de PSE. Durant ma mission, j’ai donc pu installer un logiciel de gestion médicale utilisé par la vingtaine de personnes composant le corps médical de PSE. J’ai également travaillé sur la réorganisation du logiciel de gestion de bibliothèque, aux améliorations sur la base de données contenant toutes les informations de nos bénéficiaires. Et je travaille actuellement sur l’installation d’un logiciel de gestion des partenaires liés aux écoles d’enseignement professionnalisant, les nouvelles améliorations de la base de données principale, l’amélioration du logiciel RH et l’élaboration d’une formation Excel sur plusieurs niveaux.

Chaque projet consiste en plusieurs étapes qui sont les suivantes : de la recherche auprès des équipes et la définition des besoins du projet, la rédaction du cahier des charges et de l’appel d’offres si nécessaire, la sélection du fournisseur ou du logiciel si celui-ci n’a pas besoin d’être spécialement développé, l’achat, l’installation, la personnalisation ou le suivi du développement du logiciel, et aussi la formation des utilisateurs du logiciel et le suivi de son utilisation quotidienne.

Développement des compétences locales

Je serai le dernier VSI au sein de l’équipe IT de PSE. En effet, les membres actuels sont en soutien de chaque projet que je porte afin d’apprendre une certaine méthodologie de travail. Celle-ci peut être propre aux projets informatiques, mais aussi plus généralement à la gestion de projets en tout genre. Ils deviennent ainsi plus autonomes.

Pour ma part, je découvre ce métier et j’engrange des compétences en tant que chef de projet. De plus, j’acquiers certaines compétences managériales et humaines puisque travailler dans un environnement international où l’on doit apporter des nouveautés n’est pas une tâche évidente.

Cette première expérience de vie dans un pays étranger me donne envie de continuer de vivre à l’étranger pour avoir la chance de découvrir d’autres cultures et horizons.

A LIRE AUSSI – « Une expérience enrichissante et remplie de challenges » : le témoignage d’Emeline, chargée de recherche de fonds au Liban

Renaud au Cambodge a rejoint une équipe de foot !
SOUTENIR SA MISSION