Tombé amoureux du Burundi, il se fait avocat des plus démunis

Brian avec des étudiants de l'université de Ngozi

Enseignant chercheur en droit, Brian est envoyé en mission en 2011 au nord du Burundi, en tant qu’enseignant à l’université privée de Ngozi. Transformé par cette expérience, il exerce désormais pour Avocats sans frontières au Mali. Ces deux ans de volontariat lui ont en effet apporté une meilleure compréhension de l’interculturalité et un sens du service aux populations vulnérables ; deux dimensions importantes de son travail actuel. Retour sur son parcours.

Une ouverture magnifique

Avec un doctorat en droit et un master en coopération internationale, Brian se destinait à une carrière d’enseignant-chercheur en droit en France. En 2011, curieux de découvrir l’Afrique, Brian quitte la France pour le Burundi pour mieux comprendre les mécanismes de pauvreté, mais aussi les ressorts de la résilience et de la joie malgré cette pauvreté : « Cela faisait des années que j’avais des envies d’ailleurs, de rencontres avec d’autres gens vivant différemment. Le volontariat au Burundi a comblé ces attentes. »  En tant que volontaire il intègre l’université de Ngozi pour enseigner le droit Burundais, très proche du droit français. Il est également chargé de projets de développement pour le compte de l’université.

Brian à la rencontre de la population burundaise pendant une promenade

Brian nous raconte les conditions de travail précaires : « une seule demi-journée d’Internet par semaine, l’interruption des cours en amphithéâtre lors de grosses averses ». Un jour, faute de salle disponible, il est amené à donner un cours dans la sacristie de la chapelle de l’université ! Bouddhiste pratiquant et laïc convaincu, il s’est senti bien embarrassé, avant de se raisonner et de se rappeler pourquoi il était là : « Faire passer ma connaissance à la jeune génération de Burundais et Burundaises qui étaient venus ce jour-là, et parmi eux des musulmans qui ne devaient pas être beaucoup plus à l’aise que moi… ». Ainsi, ayant travaillé à l’étranger avec des croyants de toutes les confessions ou des non-croyants, l’ouverture aux autres est devenue pour Brian une valeur primordiale. Magnifique valeur d’ouverture à tous qu’il dit d’ailleurs avoir vécu avec la DCC lors du recrutement et des formations avant départ.

Une carrière à l’étranger pour Avocats sans frontières

Par la suite, c’est au Burundi que Brian trouve son premier poste en ONG dans les droits humains, thématique centrale de son métier depuis maintenant une décennie. En tant que coordinateur de projet il parcourt près de la moitié du pays pour gérer des activités de terrain. Plus tard, il devient Directeur Pays pour Avocats sans frontières Canada au Mali. Cette ONG renforce l’accès à la justice et à la représentation juridique pour les personnes en situation de vulnérabilité, victimes de viols et de violences. Il nous explique avoir reçu ces responsabilités non seulement grâce à ses hautes études, mais aussi par son expérience de volontariat à l’étranger, ainsi que par la conjoncture d’un coup d’état manqué au Burundi en 2015. « Depuis, je n’ai occupé que des fonctions de chef de mission ou de directeur pays dans le développement et l’humanitaire. » Brian s’est fait l’avocat des plus démunis.

A LIRE AUSSI – Après un volontariat aux Philippines, elle change de métier
Une interview récente de Brian